Javier Aguilar: «Nous n’en sommes qu’au début du ‘processus d’italianisation’ de la vie politique espagnole»

Programa Nacional de Reformas

Propos recueillis par Christophe Nonnenmacher

En n’accordant de majorité parlementaire à aucun parti, les Espagnols ont posé une équation nouvelle à leurs dirigeants politiques. Même s’il arrive en tête des suffrages avec 122 sièges, le Partido popular de Mariano Rajoy ne pourra en effet se contenter d’une alliance avec les libéraux de Ciudadanos, pour conserver l’exécutif gouvernemental. Pas plus que le Partido socialista et ses 91 élus ne pourra le prendre avec le soutien des 69 représentants de Podémos. Sans grande coalition entre droite et gauche, à laquelle ne répond pas la culture espagnole, cette situation de blocage pourrait s’installer durablement, sans que celle-ci ne fragilise toutefois la feuille de route européenne de Madrid, rassure Javier Aguilar, correspondant de l’Agence de presse espagnole Efe à Strasbourg. (Lire la suite)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :